Réactifs PCR temps réel : détection cryptosporidium spp (lot de 96 Réactions)

96 Réactifs PCR ciblant le gène COWP pour détecter Cryptosporidium parvum

Sur matrices : Eau de boisson, eau de baignade, matrices alimentaires

Pour télécharger la notice d’utilisation, merci de vous connecter ou de créer un compte.

ADN_EP_Notice_Technique_amp_cryptosporidium spp v3.1

Conserver à -20°C +/-3°C à réception (stable 6 mois)
Après première utilisation, conserver à +4°C +/-3°C durant 2 mois maximum.

Pour commander en ligne, merci de vous connecter
Category:

Description

Les diarrhées sont des maladies extrêmement communes, autant dans les pays développés que dans les pays en développement. Elles sont dans tous les cas des causes majeures de morbidité et de mortalité, affectant des millions d’individus chaque année. Leur étiologie varie susbtantiellement et inclue les virus , les bacteries , et les parasites parmi lesquels Entamoeba histolytica, Giardia lamblia et Cryptosporidium parvum sont considérés comme les plus importants [1, 2, 3].

Cryptosporidium parvum est reconnu comme l’un des agents majeurs responsables d’épidémies de gastroentérites liées à la consommation d’eau ou de nourriture contaminée [2, 3]. Les diarrhées associées à Cryptosporidium parvum sont bien connues chez les patients atteints de SIDA et les méthodes de diagnostic ont été développées pour répondre à un besoin de diagnostic de ces infections opportunistes.

Des techniques de coloration modifiées sont communément utilisées pour la détecttion des oocystes de C. parvum dans les frottis de selles. Cependant, la sensibilité et la spécificité de ces techniques sont très faibles et dépendent bien souvent de l’expérience et de la technicité de l’opérateur microscopiste [4].
Les anticorps monoclonaux contre les antigènes de Cryptosporidium sont utilisés avec plus de succès en fluorescence microscopique et ELISA [5, 6]. Cependant, les réactions croisées avec d’autres organismes sont nombreuses et de nombreuses occurrences de sensibilité faibles sont reportées [4, 7, 8], tandis que les techniques de biologie moléculaires et la PCR en particulier, montrent une efficacité particulière en ce qui concerne la détection de C. parvum dans des échantillons de selles [9, 10].